Le déroulement d'une thérapie 

  • Consultation initiale : Prise de contact. Qu'est-ce qui vous a poussé à prendre rendez-vous ? Explications sur la prise en charge et orientation éventuelle.
  • Quelques consultations peuvent être nécessaires pour mieux comprendre le ou les problèmes, les objectifs et les attentes par rapport à la thérapie.
  • En fonction de la stratégie thérapeutique décidée en commun, nous travaillons ensemble à la réalisation d'interventions plus particulières.
  • Prescription de psychotropes avec votre accord si votre état le nécessite.

Le premier entretien

Cette prise de contact est l'occasion 

 

Pour le patient :

  • Evaluer si le courant passe avec le thérapeute, sentir s’il se sent suffisamment en confiance pour entamer un travail personnel. Estimer si le thérapeute lui inspire un sentiment de compétence.
  • Estimer si la méthode proposée correspond au type de travail qu’il désire faire.
  • Poser toutes les questions qu’il souhaite avant de s’engager dans un travail approfondi.

 

Pour le thérapeute :

  • Commencer à connaître le patient et à comprendre sa problématique.
  • Identifier les ressources internes et externes de la personne qui consulte, c’est-à-dire les points d’appui ou de force sur lesquels elle pourra compter pour engager un changement.
  • Evaluer si la problématique et les attentes du patient relèvent de son domaine de compétences et s’il est en mesure d’y répondre.
  • Préciser certains points pratiques sur le déroulement de la thérapie

Les entretiens suivants

Tout au long de la thérapie, les entretiens sont interactifs.

Patient et thérapeute travaillent ensemble, en collaboration, à la résolution du problème du patient.

 

En fin de séance, le thérapeute peut proposer au patient des tâches thérapeutiques qui devront être mises en œuvre d’une séance à l’autre. A la séance suivante, le patient et le thérapeute évaluent ensemble la réalisation et les effets de ces actions.



La fréquence des rendez-vous : le plus souvent les séances sont davantage rapprochées en début de thérapie et s’espacent au fur et à mesure que les changements attendus se manifestent.

Les séances se déroulent, en moyenne, tous les 15 jours. Elles pourront être plus rapprochées ou espacées, en fonction des nécessités et de l'avancement du travail. 

 

Une thérapie doit être la plus brève possible, et doit aussi être aussi longue que nécessaire. La brièveté n'est pas une fin en soi.

Le nombre de séances variera donc en fonction de la nature de l'objectif fixé et de votre implication dans la thérapie - le succès de la thérapie reposant prioritairement sur une implication active de votre part dans le processus thérapeutique. Ni l’ancienneté ni la gravité du trouble ne sont un frein à la brièveté du traitement.

L'arrêt de la Thérapie

En général, l’arrêt de la thérapie se fait d’un commun accord entre le patient et le thérapeute.

 

Tout au long des séances, nous évaluons ensemble l’évolution du travail en cours. Lorsque le patient estime qu'il n'a plus besoin de moi pour terminer le chemin qui le sépare de son objectif et qu'il a suffisament confiance dans la stabilité de l'amélioration, la thérapie peut s’arrêter.

 

Il arrive qu’un patient qui a accompli un travail pleinement satisfaisant sur un problème (par exemple dans le domaine professionnel) souhaite continuer un accompagnement psychologique sur une tout autre problématique (par exemple plus intime). Le patient et le thérapeute définissent alors ensemble un nouvel objectif thérapeutique.

 

Le dernier rendez-vous a pour objet de faire un bilan global du travail accompli et de pouvoir s’assurer que le patient a en main les ressources suffisantes pour faire face aux tentatives de résurgence du problème.

 

Puis, il peut être intéressant de programmer 2 rendez-vous de post-suivi : le premier 3 mois après, et le second 6 mois après celui-ci. Ils permettront de faire un point, de s’assurer de la stabilité des nouvelles ressources du patient, et de procéder aux réglages et ajustements éventuels.

 

La durée de la thérapie reste toujours sous le contrôle de la personne qui consulte. Elle peut décider d’arrêter à tout moment, dès qu’elle le souhaite, et quelles qu’en soient les raisons.

 

L’idéal est bien sûr de pouvoir arrêter dans les meilleures conditions et donc d’échanger au cours des séances si l’on ressent un quelconque inconfort ou une interrogation. Cela pourra alors être discuté ensemble et intégré au travail commun.

"La spéculation est un luxe tandis que l'action une nécessité"

Henri Bergson